Le Kirghizistan : entre lacs d’altitude et sommets enneigés ! du 17 juillet au 3 Août.

17 juillet : Le passage de la frontière Kazakho-kirghize aura été express ! En 34 minutes nous voila déjà dans ce nouveau pays. Le Kirghizistan faisant parti de la même union douanière que le Kazakhstan nous n’avons pas eu besoin de faire de formalités d’importation du véhicule. Nous arrivons dans l’après-midi près du lac Issy-Kul, un des plus grands lacs d’altitude d’Asie centrale. Il est légèrement salé et mesure 186 kms de long sur 61 kms de large. Nous élisons domicile sur une plage déserte après quelques kms de pistes. Au programme baignade et repos. Les enfants sortent le pouf gonflable et jouent dans les vagues…on se croirait à la mer tellement le lac est grand.

18 juillet : On déclare officiellement aujourd’hui le premier jour des vacances scolaires pour les enfants !

Après une matinée passée au bord de l’eau nous nous rendons à Karakul, 1er ville après la frontière pour acheter une nouvelle carte Sim et faire quelques courses. Nous sommes ravis de trouver de bons fruits et légumes pour un prix dérisoire. On fait le plein de pastèques, melons, tomates, abricots et pèches ! Pour la première fois en 3 mois on trouve même une rôtisserie, nous nous offrons un poulet rôti pour le plus grand bonheur de tous ! et oui loin de chez nous les petits plaisirs changent !

Le soir nous retrouvons un coin tranquille au bord du lac…avec le même programme que la veille !

20 juillet : Au petit matin, alors que les enfants jouent tranquillement au bord de l’eau, un couple et leur fils de 5 ans arrive sur la plage en 4×4. L’homme a l’air bien éméché.  Ils discutent 5 minutes avec nous mais comme ils ne parlent que Russe la conversation est vite limitée. Ils repartent ensuite comme ils sont arrivés.

45 minutes plus tard, la famille revient avec les 2 aînés dont la fille qui parle anglais. Le père nous offre du poisson fumé, nous acceptons gentiment mais la situation tourne tout à coup au vinaigre. Au moment où la fille me prend à l’écart pour me dire que son père a trop bu, ce dernier sort sa carabine du coffre de sa voiture et tire un coup dans les fourrés !! Il veut à tout prix faire essayer son fusil à Manu ! La fille me répète confuse ‘’ I’m so sorry, my dad is crazy, he has drunk to much beer!’’. Pendant que j’appelle en criant les enfants au bord du lac, Manu prend l’arme de l’homme et joue le jeu…se disant qu’il vaut mieux que ce soit lui qui tire toutes les cartouches plutôt que l’alcoolique en face de nous ! Dans la voiture de la famille kirghize, personne ne bouge, ils doivent bien être conscients des possibles dérapages de leur père/mari.

Pendant que je supplie la fille de faire fuir leur père, les enfants (pleins de sable) se replient illico dans le 4×4 ! Manu parvient à persuader le gars de ranger son fusil et le faire partir sans le vexer ! Une fois la voiture au loin, on plie bagage aussi vite que possible pour aller se remettre de nos émotions un peu plus loin. Quelle histoire !

Heureusement que la suite de notre journée nous fera oublier cette mésaventure. Nous visitons un atelier de production de yourtes à coté de Barskon. D’extérieur le bâtiment ne paye pas de mine mais la visite est très intimiste, le propriétaire est vraiment sympathique et explique avec passion comment il a crée toutes les machines permettant la fabrication du feutre, tissu dont est recouvert les yourtes, et leur ossature en bois.

  

La petite entreprise fabrique aussi des instruments traditionnels kirghizes et des briques en terre grâce à la subvention d’une association canadienne qui a subventionné l’achat d’un gros groupe électrogène et un four de cuisson. Nous avons eu droit à un petit concert privé de musique et Timéo a pu fabriquer une brique à la force de ses bras !

Après le déjeuner, nous prenons la décision d’attaquer un itinéraire mitique au Kirghiz, l’ascension du col Tosor, notre premier col à 4000 mètres d’altitude suivi des 200 kms de pistes qui nous permettrons de rejoindre dans quelques jours mes parents, actuellement en trek, autour du lac Son-Kul.

Le temps est au beau fixe et la piste est plutôt bonne même si les derniers kms sont très cassants avec de nombreux éboulis. Nous arrivons en fin d’après-midi sans difficulté au sommet …et fleuretons avec les neiges éternelles ! Au fur et à mesure de notre ascension, nous passons des paysages verdoyants, des pâturages à un environnement minéral beaucoup plus austère. On trouve les derniers camps de nomades autour de 3500 mètres. Nous redescendons d’ailleurs à cette altitude pour dormir tranquillement au bord d’une rivière et éviter le mal des montagnes. On se sent bien en altitude, l’air est si pur ici.

   

19-21 juillet : nous continuons notre descente en serpentant à travers la vallée puis des gorges étroites aux eaux limpides jusqu’à atteindre la ville de Naryn, au centre du pays. On s’arrête manger au resto car la pluie semble ne pas vouloir s’arrêter depuis ce matin. On en repère un sur notre guide supposé servir une sorte de lasagne locale…Pas de chance, au moment de choisir, on nous indique qu’il n’y en a plus.  Pas facile de faire notre choix car le menu est en kirghize et la serveuse ne parle pas du tout anglais. Heureusement, un client à coté ayant observé la scène vient à notre secours ! Notre principal soucis étant d’éviter qu’on nous serve du mouton ou agneau..viande que Manu et les enfants n’arrivent pas à avaler !

 

Le soir, nous nous posons dans les collines à 50 kms du lac Son-Kul, lieu où l’on doit retrouver mes parents dans 2 jours. Les enfants sont très excités à l’idée de revoir papi et mamie. N’ayant pas de réseau ni l’un ni l’autre nous espérons très fort pouvoir nous retrouver facilement avec les informations donné par leur guide.

22 juillet : Nous arrivons par la piste avec un jour d’avance au lac Son- Kul, une des perles du kirghize sur un plateau à 3000 mètres d’altitude. De nombreuses familles viennent installer leur yourte pour l’été sur les rives du lac, des troupeaux de chevaux et de yacks broutent aux alentours…nous rappelant un petit air de la Mongolie.

Le lieu est bien connu des touristes. Plusieurs camps sont installés au bord du lac mais vu l’étendue des lieux on est loin de se marcher sur les pieds ! On croise plusieurs randonneurs et des touristes à cheval. Ce lieu est réputé pour ses belles randonnées équestres. Par chance, on croise 2 filles françaises et leur guide à cheval qui nous indique tout de suite le pâturage où nous devrions trouver mes parents demain. C’est à une heure de là où nous sommes à l’autre bout du lac, nous décidons de nous y installer pour la nuit.

23 juillet : le matin, chacun vaque à ses occupations. Les enfants pèchent et on attend tous papi et mamie ! Nous promettons aux enfants d’aller faire du cheval dans l’après-midi. Les enfants guettent du haut de la colline le moindre randonneur. Vers 15h30, nous reprenons le 4×4 pour nous rapprocher de l’eau et faire le plein des jerricans et jeter nos poubelles. Alors que Manu et Timéo s’approchent du rivage de l’autre coté de la colline, ils aperçoivent un campement de tentes et un groupe de randonneurs à quelques mètres. Timéo reconnait papi et mamie et leur saute au cou ! Manu vient vite nous chercher avec Emma, car nous étions partis à pieds de l’autre coté. On se court dans les bras, la rencontre est magique, l’émotion trop forte pour être décrite avec les mots justes. Ca fait tellement du bien de retrouver les siens après 3 mois de voyage.

Le groupe nous accueille aussi très chaleureusement et nous invite même à manger avec eux le soir. La rando à cheval est remise au lendemain…ça sera encore mieux avec papi et mamie !

Nous passons 2 jours supers entre balade, rencontre chez les nomades et promenade à cheval en famille au bord du lac. Les enfants trouvent le temps trop court et ne voudraient plus quitter leur grands parents mais on se console tous car finalement on les reverra dans 2 jours à Bishkek, la capitale car nous n’avons pas pu faire nos visas tadjiks sur internet. Nous devrons donc aller directement à l’ambassade..en espérant que cela fonctionne mieux de cette manière !

25 juillet : nous quittons à 8 heures mes parents qui eux vont continuer leur parcours vers Karakul alors que nous prenons la direction de Bishkek par les pistes tout d’abord en traversant la magnifique vallée de Sysannyr puis remontant par la grande route. Près une grosse journée de roulage nous arrivons à la capitale et nous posons dans une chouette guesthouse, la ‘’ friend guesthouse’’ à coté du grand bazar. Il fait chaud mais les lieux sont arborés et ombragés, c’est parfait

26 juillet : Notre mission de la journée…aller à l’ambassade tadjilk ! A notre arrivée, après être passé devant le garde qui reste assis toute la journée dans son cabanon d’un mètre carré, nous arrivons dans une salle d’attente déserte…le bureau adjacent lui aussi est vide…Après avoir attendu 30 minutes en voyant les chances d’avoir un visa s’amoindrir de minutes en minutes, une dame arrive enfin. Elle nous fait remplir un formulaire, nous demande 4 photos et nous dit de revenir vers 16h pour récupérer nos visas ! Tout à l’air simple. On ne fait pas mention du fait que j’ai déjà un dossier ouvert sur le site evisa pour éviter les complications et on repart faire quelques emplettes en attendant.  A 16h nous revoilà près à récupérer nos précieux sésames. Mais  c’était sans savoir qu’il fallait que la dame enregistre nos empreintes…simple me direz vous ? Mais nous concernant il se sera écoulé 2h30 entre le moment de la prise des empreintes, les nombreux vas-et-viens entre les différents ordinateurs de la pièce et le collage du papier sur le passeport ! Heureusement que la salle d’attente était vide et que l’on devait être les seuls demandeurs de la journée ! Peu importe, nos visas en poche nous repartons ravis !

Nous passons ensuite la soirée avec Pascal, Sonam et leur fille Péma, une famille qui voyagent en bus depuis 6 mois et pour une durée de 2 ou 3 ans.

27, 28, 29 juillet : Nous passons 3 jours tranquilles en périphérie de la ville avec eux. Une famille roumaine nous rejoint également. Les enfants sont contents d’avoir d’autres copains pour jouer et nous pour discuter !

On visite le grand bazar de Osh et le bazar mécanique avant de dire un dernier au revoir à mes parents qui passent leur dernière soirée au Kirghizstan.

 

30,31 juillet et 1er août : Il est temps maintenant de reprendre la route vers l’extrémité sud du pays pour rejoindre le Tadjikistan dans quelques jours. Cette route qui traverse le pays du Nord au Sud est en bon état mais reste néanmoins une route de montagne avec plusieurs cols à franchir à plus de 3000 mètres et beaucoup de virages. On croise de nombreux camions le capot ouvert en roulant pour éviter la surchauffe de leur moteur et plusieurs carcasses de voitures dans le précipice après certainement un virage mal négocié ! Nous arrivons à Osh le 1er aout au soir. Nous nous sommes donnés rendez- vous avec Cécile Miramont et son mari, auteurs du très beaux livre ‘’ Les plus beaux itinéraires en Mongolie ‘’ et le dernier récemment sorti ‘’ Les plus beaux itinéraire en 4×4, motos, camping car et vélo au Kirghizstan et Tadjikistan’’ qui sont eux aussi partis cet été pour revisiter la région qu’ils avaient tant aimé en 2016. On s’offre le luxe d’un hôtel climatisé car il fait encore 40 degrès !

2-3 août : Direction le sud avec comme programme deux jours d’acclimatation au camp de base du Pic Lénine (sommet culminant à 7100 mètres) à 3500 mètres d’altitude. A l’approche de Sary Tash, dernière ville avant la frontière tadjike nous sommes saisis par l’immensité des massifs qui s’élèvent devant nous. La température change radicalement. On enfile les surcouches polaires pour la nuit car la température et redescendue à 5 degrés ! Au petit matin, on décide d’aller randonner un peu plus haut en altitude pour préparer notre corps au futur plateau du Pamir situé entre 4000 et 4500 mètres.

   

On marche au travers des champs d’edelweiss et des oignons sauvages. Le panorama est à couper le souffle et le lieu hautement symbolique car c’est de là que partent tous les alpinistes à l’assaut du pic Lénine. On dort juste à coté de l’alignement des tentes jaunes accueillants les trekkeurs, eux mêmes en acclimatation. On est tous un peu essoufflés…grimper à 3500 mètres d’altitude sans entrainement n’est pas des plus faciles ! On manque vite d’air mais on avance tranquillement…jusqu`au moment où à peine arrivé à notre point culminant, l’orage se fait entendre au loin.

On décide de redescendre aussitôt…mais pas assez vite pour éviter la pluie. On finit la rando complètement mouillé et …le clou du spectacle… au moment de passer un gué, Emma tombe littéralement dans la rivière ! Glacée jusqu’aux os, elle finit la randonnée en pleurs. Arrivée au 4×4, on est frigorifiée. Il ne reste plus qu’à retirer tous nos vêtements et tenter de les faire sécher…par 4 degrés dehors ! On termine la journée au chaud par une bonne séance ciné dans le defender. Les enfants ne veulent plus entendre parler de rando !

3 août : Le lendemain, la chaleur est revenue et on profite du fils à linge du camp pour faire sécher tous nos vêtements. On prend ensuite la route direction la frontière la plus haute de monde. Le poste frontière kirghize  se trouve à 3500 mètres d’altitude.

 

A notre arrivée, le douanier demande au conducteur d’entrer dans un premier bureau en se déchaussant ! Au bout de 10 minutes, Manu ressort en me disant qu’on lui réclame 15 dollars pour clôturer le permis d’importation du véhicule. N’ayant jamais entendu parler de cette formalité, je sens venir l’arnaque à plein nez ! Je décide de rentrer dans le bureau malgré l’interdiction…les douaniers me répètent la même chose en me précisant que nous aurons des problèmes à la sortie du pays si jamais nous ne clôturons pas correctement ce document. Je lui pose le papier sur la table en haussant le ton et lui faisant comprendre que nous n’avons plus besoin de ce papier et que l’on ne payera rien. Pour ne pas perdre la face, il me répond alors qu’il va payer à ma place ! Mais il me redemande de sortir aussitôt car apparemment je gène dans le bureau ! Manu attend encore 30 minutes, le douanier prétextant maintenant que le logiciel ne marche plus …mais à force de patience on finit par obtenir le laisser passer !

La fouille du véhicule est vite expédiée. Nous voila dans le no man’s land de 25 kms qui va nous mener au poste frontière tadjik situé à 4200 mètres d’altitude !

L’atmosphère de ce poste est mémorable. Les gardes attendent devant deux anciennes citernes reconverties en bureau. Le vent est glacial. A l’intérieur des cabanons éclairés par une fenêtre au verre brisé l’ambiance est sidérante mais le douanier reste,  malgré ces conditions de vie extrêmement rudes, sympathique et offre même à Manu sa chaise pour qu’il relace ses chaussures.

Une fois nos passeports tamponnés on nous oriente vers le fameux cabanon bleu (décrit par les overlanders ) pour la fameuse taxe sanitaire..un espèce de business illégal bien rodé. L’homme sans uniforme nous demande 18 euros en insistant sur le fait que sans ce papier nous aurons encore bien sûr des problèmes à la sortie du pays ! On est au courant de cette arnaque et demandons à négocier. On repart fier de nous en ne payant que 6 euros…mais à peine la porte ouverte, nous rencontrons un anglais qui nous dit n’avoir payé que 3 euros !..on aurait pu faire mieux !

Peu importe, nos papiers en mains, on passe la barrière, heureux d’être enfin sur les routes les plus hautes du monde à l’assaut de ce pays si mystérieux !

4 commentaires sur “Le Kirghizistan : entre lacs d’altitude et sommets enneigés ! du 17 juillet au 3 Août.”

  1. Merci Eva et Lanu de nous faire voyager avec vous. Profitez de ces moments inoubliables qui resteront gravés à jamais dans vos cœurs.. Clo

  2. quel merveilleux plaisir de vous lire et de vous suivre ! Merci de réaliser vos rêves et de voyager pour nous Un exemple !!
    Bonnes pistes
    Bises à tous depuis le 63

Répondre à MARYLINE MALMONTET Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *