Du 8 mai 27 mai : de Omsk au lac Baikal…le but ultime de notre grande traversée russe.

La Russie aura été synonyme de beaucoup de kilomètres certes, mais ce pays et surtout sa population ne nous auront pas laissé indifférents, découvrant un peu plus chaque jour des nouvelles facettes de ce grand territoire.
Les russes que l’on a rencontrés, souvent froids au premiers abords, étaient finalement généralement très accueillants une fois la glace brisée et près à tout pour rendre service. Les voyageurs et les locaux avec qui l’ont a pu discuter nous ont confirmé tout de même que le peuple sibérien est plus ouvert que les moscovites, la rudesse de la vie l’hiver les incitant certainement à s’entre-aider!
Le 9/10 mai, nous avons pu voir l’efficacité du réseau russe et l’art de la débrouille en mécanique lorsqu’ il a fallu fabriquer en moins de 48h, et sur un weekend les supports de nos amortisseurs qui commençaient à rendre l’âme ! Encore une fois, la magie du réseau a fonctionné ! Après avoir envoyé un mail à Chuka, notre contact mongole lui demandant s’il connaissait un usineur à Oulan Bator pour refaire nos supports, ce dernier nous a répondu qu’il avait un ami, Igor, à Omsk en Russie qui pourrait nous aider ..Etant à seulement quelques heures de Omsk, nous décidons de l’appeler ! En moins de 2h, on s’organise et Igor et sa femme proposent de venir nous chercher à l’entrée de la ville. Ils nous amènent chez un garagiste à coté de chez lui, les discussions ne sont pas simples car nous devons expliquer en des termes techniques ( que nous ne connaissons pas forcement !!) notre problème à Igor en anglais, qui doit ensuite traduire en russe!

Les mécanos pensent d’abord qu’il faut changer la pièce mais nous ne voulons pas de pièces d’origines car celles-ci sont faites en gomme et ne sont pas assez solides, nous voulons les réusiner en téflon ! Après plusieurs coups de téléphone, quelques sueurs froides pour Manu face à la façon peu académique des garagistes de monter la voiture sur le pont et surtout un bon repas chez Igor et sa femme, la solution est trouvée pour le lendemain.

Dimanche matin, Manu et Igor partent au souk chercher de l’acier car le téflon n’existe pas dans les dimensions souhaitées. Le garage est ouvert 24h/24h et l’usineur qui normalement était en congés est finalement venu pour nous dépanner !..on est bien loin des conditions de travail françaises ! Quelques heures plus tard nous voila avec des supports tout neufs pour la modique somme de 45 euros, main d’oeuvre comprise ! Notre défender est devenu l’attraction de la journée au garage ! Manu a même du enfiler la veste de l’enseigne pour la photo !

Le 11 mai, nous reprenons la route après ce weekend chargé en émotion !
Nous continuons à longer les forets de bouleaux et leurs marécages. Le soleil est toujours au beau fixe mais après plus de 10 jours à 25/28 degrés nous perdons brusquement 15 degrés d’un coup !

On prend également 2h de décalage horaire d’un coup. Depuis Moscou nous avançons notre montre d’une heure tous les 3/5 jours c’est assez pénible à gérer, nous avons l’impression de toujours courir après le temps ! Le dernier changement vers l’est devrait avoir lieu vers Irkoutsk, nous aurons alors +6h par rapport à la France.

Sur notre route, on a eu la joie de croiser un camping-car de voyageurs français ! Les enfants étaient ravis de retrouver des copains pour discuter et jouer et nous des collègues pour échanger sans se torturer le cerveau ! Une troisième famille,bretonne partie pour 2 ans nous ayant aperçu sur le bord de la route est également venue nous rejoindre !

Nous avons décidé de poursuivre la route ensemble sur la journée puis choisi de passer la soirée ensemble autour d’un bon barbecue ! On s’est retrouvé à plusieurs reprises lors de la semaine suivante pour le plus grand bonheur de tous.

En chemin,nous traversons des villages sibériens typiques, les constructions sont majoritairement en bois, toujours colorées avec des toits en taule. Chaque famille a son petit lopin de terre pour pouvoir faire son potager, plus par nécessité pécuniaire que par loisir contrairement à chez nous.

Le 16 mai, nous visitons Krasknoiak, ville sans grand intérêt mais toujours pratique pour se ravitailler !

Après les derniers 1000 kilomètres, le 20 mai nous voilà enfin à Irkoutsk au pied du lac Baikal ! La ville est à 50 kms de la sacro-sainte retenue d’eau, il nous faudra donc attendre un jour avant d’attendre Le saint Gral ! Nous visitons la capitale de la Sibérie orientale sous un grand soleil. On profite de l’aménagement fort ingénieux d’un circuit touristique, matérialisé par une ligne verte tracée au sol passant devant tous les monuments intéressants à voir dans la ville. Pas besoin de se plonger dans le Lonely Planet pour une fois, nous n’avons qu’à profiter !

Le lendemain,nous filons au lac avec bivouac sur la plage! Le cadre est magnifique, l’eau translucide. Le Lac Baikal est la réserve d’eau douce la plus importante au monde et le plus profond, il atteint 1600 mètres de profondeur pour 600 kms de long et 57 de large. Son eau est réputée pour sa pureté, on pourrait même la boire…nous sommes néanmoins un peu septiques quant à cette réputation au vu des éternels déchets laissés non loin des rives. La légende dit aussi que l’on rajeunit de 5 ans si l’ on met les pieds dedans et de 20 ans si l’on se baigne intégralement dedans !

Après hésitation au vu du détour de 600 kms que nécessite cette escapade ( et oui il n’y a qu’une seule route pour atteindre l’embarcadère de l’île) nous décidons de passer 2 jours sur l’ile d’Olklon, et nous n’avons pas été déçu ! La description idyllique des guides est largement conforme à la réalité !Perle de la Sibérie, terre sauvage aux couleurs chatoyantes, Olklon est vraiment une terre propice au repos et à la méditation( bon à condition de s’éloigner un peu de nos enfants qui font des concours de ricochets !.) Lors de notre passage, les derniers icebergs viennent encore lécher les falaises et les plages de sables fins. Mais cette terre sauvage est en passe de devenir un lieu très touristique et si la majeure partie de l’île n’ est accessible qu’en 4×4, les voyagistes ont bien senti le bon filon ! Je pense que nous nous serions sentis beaucoup moins tranquilles en pleins mois d’août !

Le 25/26 mai, petit weekend à la russe ! Nous avons eu la chance d’être invité par Sacha, Cristina et leur petite fille Elsa, des amis de la maman d’une de mes petites patientes ! Nous avons été extrêmement bien accueillis. Après une superbe balade au cap Chaman à la pointe du lac Baikal, nous sommes partis en Bouriatie dans les Montagnes au pied de la chaine Sain. Sacha a réservé une cabane en bois en pleine campagne pour la nuit avec un bania privé ! Le cadre est splendide. Nous sommes enchantés de ce changement d’ambiance après tant de kilomètres dans la taïga.

Il n’y a pas l’eau courante, nous allons donc à la rivière tout près pour chercher de l’eau avec nos bassines pour alimenter l’évier de la salle de bain et le bania, sorte de sauna que l’on chauffe avec un feu de bois.

Le soir, nous partageons un bon barbecue. Sacha et sa femme sont adorables. Ces 2 jours de repos nous font vraiment du bien. Nous discutons de longues heures sur les conditions de vie en Russie. Nous apprenons que le salaire moyen russe est de 600 euros pour un salaire minimum de 150. La Russie est pourtant un pays riche mais 80 pour-cent des ressources sont centralisées dans la région de Moscou. La Sibérie est délaissée, les infrastructures routières et les bâtiments publics sont souvent délabrés.

Le lendemain, nous allons aux sources d’eau chaudes d’Arshan. Cette source sort du sol à 50 degrés avec une forte teneur en souffre et calcaire, aux propriétés médicinales.

Arskan est aussi une ville emprunte de spiritualité chamanique. De nombreux autels sont implantés le long de la rivière la traversant sur lesquels sont noués des rubans, en offrande aux dieux.


Le dimanche soir nous quittons Sacha et sa famille et repartons en direction du lac Baikal. Nous retrouvons nos amis voyageurs français pour un dernier bivouac au bord de l’eau avant notre départ pour la Mongolie et le début d’une tout autre aventure !

3 commentaires sur “Du 8 mai 27 mai : de Omsk au lac Baikal…le but ultime de notre grande traversée russe.”

  1. Salut
    Je vous suis de temps en temps sur vôtre site l’aventure à bien commencer avec une petite panne mécanique bon courage à ta petite famille et toi
    À plus Christian sécurité

  2. Magnifiques couleurs! Je découvre toutes vos aventures ce soir, alors que la météo française m’a fait annuler mes propres aventurettes (camper…à Roanne!!). Je reviendrai tantôt suivre votre expédition (vous nous confirmerez si le Cézallier a un petit air de Mongolie?). Très bon voyage à toute la famille

Répondre à CAILLARD Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *